Cette exposition ambitieuse sera composée de plusieurs grandes toiles présentant à la fois l’aspect positif des océans, leur beauté et source inépuisable d’émerveillement, tandis que d’autres, généralement des 150/150 cm, évoqueront les marées noires, les marées blanches, les algues vertes, les boues rouges, la pollution sonore…

Les derniers tableaux sont actuellement en cours de finition et l’ensemble sera prêt à être exposé courant 2024.

Cliquez ici pour voir les différentes grandes toiles

Et pour couronner tout cela : deux œuvres géantes, deux synthèses, intitulées Big Mama 1 et Big Mama 2, de 35 chacune, soit 4,50 m de hauteur sur 7,50 m de long. Vous pouvez déjà en avoir un (petit) aperçu ci-dessous.

L’exposition sera bientôt visible en visite virtuelle reconstituée en 3D. N’hésitez pas à revenir sur le site dans quelques semaines pour la visionner ou bien envoyez-nous un courriel pour nous faire savoir que vous êtes intéressé pour en savoir plus sur l’exposition ou pour organiser un évènement dans votre ville !

BIG MAMA 1 et 2 (4,50m sur 7,50m)

une frise de 1,80m sur 11m

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

Cette fresque de 20 m2 (polyptique de 4 tableaux) représente l'évolution des et dans les océans.*AVANT-HIER : Aucune intervention humaine ne venait troubler les océans du monde entier, soit 70% de la surface du globe. La vie y était foisonnante, les espèces aussi nombreuses que diversifiées, l'évolution en cours...*HIER: C'est à dire il y a peu encore, au début de la période pré-industrielle, tandis que l'on n'avait pas encore pris conscience des enjeux, des dégâts... que les échanges internationaux utilisaient à plein les énergies fossiles, on a vu subvenir des catastrophes environnementales. La mer rejetait, « dégueulait » alors son pétrole.*AUJOURD'HUI : Ce sont les produits de la transformation de cette ressource qui envahissent les milieux marins. Les plastiques, qui se transforment en micro-plastiques sous l'effet des acides, du sel, de produits divers et du temps... transforment l'habitat marin en un véritable cloaque destructeur.*ET DEMAIN ? : Cette toile laisse ouverte l'imagination : le milieu, très clair, s'élève vers un avenir serein, plein d'espoir, se terminant par une colombe de la paix. C'est là un message optimiste tandis qu'en dessous, se concentrent tous les « désespoirs » qu'engendrent les politiques actuelles. Le Dieu FRIC règne sur ce monde là.En haut à gauche le monde instable tel que le voit l'artiste et à droite ce même monde en devenir, très incertain... et que nous laissons à nos enfants !De l'ensemble de l'œuvre doit naître la réflexion et encore, et toujours la recherche des solutions ! Et leur mise en chantier...

Mon parcours - mes inspirations

Andy est né le 12/08/1943 près de Lorient en Bretagne, sous les bombes anglaises chassant les allemands. Il y passera toute son enfance au milieu des poissons (ses parents étant poissonniers). Il devient psychomotricien et professeur agrégé d’éducation physique et sportive, mais aussi moniteur de plongée et d’apnée.

En 1991 il déménage avec sa famille à l’île de la Réunion et c’est là qu’il rencontrera sa passion nouvelle pour la pratique de l’apnée subaquatique, statique puis dynamique et en profondeur. L’apnée plus les nombreuses explorations des fonds marins réunionnais, et autres à travers le monde, marqueront fortement l’esprit du bonhomme puisque des années plus tard c’est au travers de l’art pictural que l’univers de l’océan et du Bleu s’exprimera au quotidien.

D’abord champion de France par équipe de pentathlon militaire en 1966, il établit à la Réunion 14 records du monde de plongée en apnée et une médaille de bronze aux 2èmes championnats du monde par équipe. Il arrive 10ème au championnat de France de tir à l’arc et participe au championnat de France de tir olympique. Il court 4 marathons en 8 mois en 2011 à l’âge de 68 ans et à plus de 70 ans il participe encore à des championnats du monde en athlétisme sur 400 m notamment (1’23 »).

Depuis 2008, Andy s’est rajouté un nouveau défi : peindre ! Avec la même fougue et le même enthousiasme que ce qui l’a conduit au plus haut niveau dans d’autres domaines. Peindre, notamment pour partager toutes ces ambiances sous-marines, tous ces bleus, qui l’ont, après 14 000 plongées dans plusieurs mers du monde, tant marqué ! Après avoir affiné son style et exposé ses œuvres en France et à l’étranger, Andy Le Sauce consacre désormais son art à la défense de l’environnement marin avec cet ambitieux projet « LA MER ET TOUTE SA BEAUTE / LA MER EST TOUTE SABOTÉE »

Au début de mon engagement dans la peinture, j’ai assez vite été attiré par l’expression artistique d’un Wang Yan Cheng, puis par l’écriture d’un Turner ou même par les toiles d’un peintre Suisse bien moins connu mais talentueux à mes yeux : Valette Alexandre. Le travail en épaisseur de Lilian Freud m’a aussi interpellé tout comme les monumentales œuvres de Gerhard Richter.

Je n’ai donc pas rencontré UNE influence majeure mais j’ai toujours glané, ici ou là, dans toutes les expositions, ce qui pouvait m’être utile et inspirant. De nombreuses expériences et quelques « accidents » m’ont aussi aidé à façonner mon style. Tout cela est une constante évolution… qui n’est peut-être pas terminée !

Œuvre de Wang Yan Cheng

Critiques d'art

Ses mains parcourent la toile et laissent dans leur sillage formes et couleurs, comme un langage poétique, une grammaire des émotions. La quête artistique est une quête de soi, un voyage intérieur dont le créateur parviendra à extraire sa vérité. Voir mais pas seulement, regarder, ressentir, expérimenter et faire jaillir la lumière des abysses. Andy Le Sauce traduit en peinture l’émotion saisie par la beauté de la nature et l’urgence absolue de la préserver. Multi-recordman mondial d’apnée, le peintre retrouve dans sa pratique artistique une forme de dépassement… LIRE LA SUITE

« Abstraction lyrique, expressionnisme abstrait, figuratif ? On a toujours envie d’étiqueter. « Est abstrait le contenu que le peintre doit exprimer, soit cette vie invisible que nous sommes. » Ce sont des mots de Kandinsky, tirés de son célèbre Du spirituel dans l’art, et dans la peinture en particulier (1911). Il semble que la démarche d’Andy Le Sauce pourrait se couler dans leur essence : l’artiste représente effectivement ce qui vit en lui. Son élément, c’est l’eau. Le Bleu. […] Le Sauce est fait de matière océanique. De fonds marins. Ses aspirations – ses respirations –  sont pélagiques. » LIRE LA SUITE

Lire toutes les critiques

Articles de presse

Sa première présentation en plein air, sur le sol du fronton n’est certes pas passée inaperçue. « Big Mama 1 » une oeuvre hors norme a également demandé une mise en scène particulière pour la séance photo par drone, orchestrée par l’artiste Andy Le Sauce, alias Andy bleu.

LIRE L’ARTICLE

Il défend l’océan dans ses tableaux (Clicanoo)

(ici avec Laura Chaplin au Museo Maritimo de Barcelona)

« Une peinture militante » Le temps s’est peut-être égrainé, mais la passion du Breton pour les océans le dévore encore. La preuve : devenu artiste peintre, il pratique une « peinture militante mettant en évidence tous les dysfonctionnements liés aux océans ».

LIRE L’ARTICLE

1450

cotation actuelle (Akoun)

106

œuvres vendues en FR et à l'international

14

Records du monde d'apnée

14000

plongées en apnée

en_GBEnglish (UK)